Actualité

Les organisations criminelles utilisent la pandémie de coronavirus pour vendre des médicaments contrefaits et d’autres médicaments illégaux. L'AFMPS demande aux patients d'être prudents et de faire attention aux offres sur internet.

Lors de sa réunion de mars 2020, le Comité pour l’évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (Pharmacovigilance Risk Assessment Committee, PRAC) de l’Agence européenne des médicaments (EMA : European Medicines Agency) a recommandé la suspension de l’utilisation de l’acétate d'ulipristal pour le traitement de fibromes utérins, pendant la réévaluation actuellement en cours du risque de lésion hépatique. En outre, le PRAC a formulé de nouvelles recommandations de tests et de traitement pour le fluorouracile, la capécitabine, le tégafur et la flucytosine. Par ailleurs, le PRAC a démarré la réévaluation de certains médicaments anticancéreux à base d’ifosfamide.

L'AFMPS, en collaboration avec la douane belge, a participé à l’opération internationale PANGEA XIII du 3 au 10 mars 2020. Cette opération coordonnée par INTERPOL vise spécifiquement l’interception de médicaments et de dispositifs médicaux contrefaits et illégaux. En Belgique, les inspections ont été effectuées aux points de contrôle de Zaventem et Bierset.

Afin de permettre une meilleure participation des patients, l’AFMPS a décidé de prolonger de deux mois son enquête sur l’utilisation des benzodiazépines et apparentés dans le cadre des troubles du sommeil en Belgique. L’enquête sera donc accessible jusqu’au 19 mai 2020 inclus.

 

Dernière mise à jour le 15/05/2018