News AFMPS

Il y a 38 résultat(s) trouvé(s) sur base des critères de recherche

1-10 de 38 résultats

Un médicament présentant un défaut de qualité peut impacter la santé des patients ou engendrer des difficultés d’usage pour le professionnel de la santé. Vous pouvez notifier un défaut de qualité via le site web de l’AFMPS.

L’Agence européenne des médicaments (EMA, European Medicines Agency) poursuit ses recherches après qu’au Danemark, une souche recombinante contenant du matériel génétique de deux vaccins vivants atténués contre le virus du syndrome dysgénésique et respiratoire du porc (VSDRP), a été identifiée. Cette souche recombinante est associée aux signes cliniques du SDRP, tels qu’une baisse de fertilité chez les truies, une augmentation du nombre de rejets de la portée, une augmentation de la mortalité des porcelets, une baisse de l’appétit et des affections respiratoires chez les jeunes porcs.

Durant la réunion du 28- 31 octobre 2019, le Comité pour l’évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (Pharmacovigilance Risk Assessment Committee- PRAC) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) a mis en œuvre des mesures visant à réduire au maximum le risque d’effets indésirables graves avec Lemtrada. De plus, le PRAC recommande que Xeljanz soit utilisé avec précaution pour tous les patients présentant un risque élevé de caillots sanguins.

L’Agence européenne des médicaments (EMA, European Medicines Agency) et les autorités compétentes en matière de médicaments des États membres européens, dont l’AFMPS, sont au courant qu’une impureté de nitrosamine (NDMA, N-nitrosodiméthylamine) a été détectée dans une petite quantité de médicaments antidiabétiques à base de metformine en dehors de l’Union européenne (UE). Des analyses sont actuellement effectuées sur les médicaments au sein de l’UE.

À partir du 1er janvier 2020, seuls les médicaments contre la toux et le rhume contenant une seule substance active peuvent être vendus.

L’AFMPS a interrogé plus de 12 000 étudiants universitaires francophones sur l’utilisation de médicaments stimulants. Il en ressort que 5 % de ces étudiants utilisent des médicaments stimulants dans l’espoir d’améliorer leurs performances d’étude sans qu’il s’agisse d’une utilisation médicale.

La quatrième #MedSafetyWeek a lieu du 25 au 29 novembre 2019. Lors de cette semaine, plus de 50 autorités compétentes du monde entier participent à une campagne sur les réseaux sociaux afin de souligner l'importance de notifier les effets indésirables des médicaments. Cette année, la campagne se concentre sur les interactions possibles lorsqu’on associe plusieurs médicaments.

L’AFMPS demande la mise en quarantaine des désinfectants Surfa’safe et Opaster Anios vu la présence de bactéries dans ces produits. Ces produits ne doivent plus être utilisés et vont être rappelés par le fabricant. Dans l’attente d’informations complémentaires et par mesure de précaution, l’AFMPS demande la mise en quarantaine immédiate de ces désinfectants. L’AFMPS est en contact avec le fabricant et l’autorité française (l’agence nationale de sécurité des médicaments, ANSM) et suit l’évolution du dossier et des actions à prendre.

L’AFMPS été confrontée à un cas d’usurpation d’identité avec utilisation abusive des données de l’entreprise pour l’obtention illégale de précurseurs de drogues.

Par mesure de précaution, l’Agence européenne des médicaments (EMA) demande à tous les titulaires d’autorisation, en accord avec les autres autorités européennes en matière de médicaments, dont l’AFMPS, d’effectuer une évaluation des risques de présence de nitrosamines. Cette évaluation concerne tous les médicaments à usage humain contenant des substances actives de synthèse chimique.