Semaine mondiale pour un usage prudent des antibiotiques : en médecine vétérinaire également

Du 18 au 24 novembre 2019 se déroule la semaine mondiale de sensibilisation à l’usage prudent des antibiotiques. Pas seulement chez les humains, mais aussi chez les animaux. L’usage d’antibiotiques en médecine vétérinaire a fortement diminué ces dernières années, mais la lutte n’est pas terminée.

La diminution de l’utilisation des antibiotiques est absolument nécessaire. C’est seulement ainsi que nous pourrons continuer à faire reculer la résistance aux antibiotiques et à assurer la santé humaine et animale.

Plan Vision 2020 et Convention « Antibiotiques » : 3 objectifs
Le plan Vision 2020 du centre de connaissances concernant l’utilisation d’antibiotiques et l’antibiorésistance chez les animaux (AMCRA), rédigé en 2014, a prévu trois objectifs de diminution de l’utilisation d’antibiotiques en médecine vétérinaire. Ces objectifs ont également été repris dans la Convention « Antibiotiques »1, conclue en 2016 entre les pouvoirs publics fédéraux et les différents partenaires concernés par l’utilisation d’antibiotiques en médecine vétérinaire, comme les organisations agricoles, les associations de vétérinaires, les organisations de santé animale et d’autres maillons encore de la chaîne de production animale.

35,4 % d’utilisation d’antibiotiques en moins, 2 objectifs déjà atteints
Le premier objectif, une réduction de 50 % de l’utilisation d’aliments pour animaux contenant des antibiotiques pour 2017, a été atteint en 2017. Par rapport à 2011, l’année de référence, la consommation de ces aliments pour animaux avait baissé en 2018 de 69,8 %. Le deuxième objectif, une diminution pour 2020 de 75 % de l’usage des antibiotiques de la plus haute importance pour la santé humaine (les antibiotiques dits d’importance critique), a déjà été atteint en 2017. Depuis 2011, la diminution a atteint 79,1 %, malgré une petite hausse en 2018 due à une augmentation de leur utilisation chez la volaille. Le troisième objectif correspond à une réduction de moitié, d’ici fin 2020, de l’utilisation totale d’antibiotiques en médecine vétérinaire, par rapport à 2011. Entre 2011 et 2018, l’usage des antibiotiques chez les animaux a baissé en Belgique de 35.4 %. La plus grande diminution a eu lieu entre 2017 et 2018 : 12,8 %. Il faut donc encore réduire l’usage de 14,6 % pour parvenir à l’objectif des 50 % fin 2020.

Aborder de manière ciblée les gros consommateurs grâce au benchmarking
Pour la première fois en 2019, l’AFMPS a transmis à tous les vétérinaires traitant des porcs, de la volaille ou des veaux de boucherie un rapport leur indiquant la quantité d’antibiotiques qu’ils avaient prescrits en comparaison avec les autres vétérinaires. Les éleveurs ont également reçu, comme en 2018, des rapports faisant état de l’usage d’antibiotiques dans leur exploitation. Le benchmarking permet d’identifier les gros consommateurs et les gros fournisseurs afin de les accompagner de manière ciblée ; ce qui favorise ainsi un usage moindre et plus rationnel des antibiotiques. À l’initiative des labels de qualité concernés, les éleveurs de bétail laitier peuvent également, depuis le 1er octobre 2018, enregistrer leur utilisation d’antibiotiques via Registre AB (en Flandre) et BIGAME (en Wallonie). Ces éleveurs recevront leur premier rapport de benchmarking début 2020 s’ils ont effectué leurs enregistrements pendant une année complète.

Un deuxième plan d’action en préparation
Le plan Vision 2020 touche à sa fin, mais un deuxième plan est déjà en chantier. Le plan AMCRA 2024 élargit la politique actuelle d’enregistrement et de benchmarking de l’usage d’antibiotiques à d’autres espèces animales, y compris aux animaux de compagnie. Ce nouveau plan fera partie, avec les actions entreprises par les autorités, du plan national d’action « One Health » mis sur pied pour lutter contre l’antibiorésistance. Ce plan « One Health » rassemble toutes les actions en faveur de la santé humaine, animale et de la protection de l’environnement en Belgique.

Dernière mise à jour le
20/11/2019