Obligation d'enregistrement de l'utilisation d'antibiotiques chez les porcs, poules pondeuses, poulets de chair et veaux de boucherie

L'arrêté royal* qui oblige à partir du 27 février 2017 l'enregistrement de l'utilisation d'antibiotiques chez les porcs, les poules pondeuses, les poulets de chair et les veaux de boucherie a récemment été publié.


L'AFMPS a développé à cet effet SANITEL-MED, l'application en ligne pour enregistrer tous les antibiotiques à usage vétérinaire prescrits, fournis ou administrés. SANITEL-MED est opérationnelle depuis le 1er mai 2016. L'enregistrement pour les exploitations bovines est également possible mais pas encore obligatoire.

 

Le but est de se faire une meilleure idée de la quantité et du type d'antibiotiques qui sont utilisés dans des exploitations de bétail individuelles pour inciter de cette manière les vétérinaires et les éleveurs à utiliser moins d'antibiotiques et de manière raisonnée. Bien que la résistance soit un phénomène compliqué, une diminution de la consommation d'antibiotiques conduit à une résistance moindre. En misant davantage sur la biosécurité et la vaccination, la consommation d'antibiotiques chez les animaux peut encore être réduite. La plupart des antibiotiques dans l'élevage sont utilisés chez les porcs, la volaille et les veaux de boucherie. C'est pourquoi il y a un contrôle obligatoire dans ces secteurs.

 

En pratique

Les vétérinaires et les éleveurs peuvent s'enregistrer sur Sanitel-Med via BIGAME (ARSIA) en Wallonie ou le Veeportaal (DGZ) en Flandre. Conformément au principe « only once » (simplification administrative), SANITEL-MED peut recevoir des données via d'autres systèmes tels que Belpork, Bigame ou BVK. Le vétérinaire et l'éleveur restent toutefois toujours responsables de l'exactitude et de la fourniture à temps de données dans SANITEL-MED.

 

Les vétérinaires et les éleveurs travaillent en tandem : l'éleveur contrôle les données entrées par le vétérinaire. Seules les données approuvées de l'éleveur sont analysées. Le vétérinaire peut introduire des données chaque jour. Au maximum quinze jours après chaque trimestre, les données du trimestre précédent sont introduites, donc au plus tard le 15 avril, 15 juillet, 15 octobre et 15 janvier.

 

Création d'un cadre légal

L'enregistrement obligatoire complète la disposition légale du même arrêté royal du 21 juillet 2016 relative à l'utilisation conditionnelle de substances critiques telles que les céphalosporines et les fluoroquinolones chez les animaux, donc sur la base d'un diagnostic préalable et de tests de sensibilité. Ces substances sont en effet particulièrement importantes en médecine humaine.

Cela doit aider à atteindre d'ici 2020 l'objectif de réduction repris dans la Convention entre les pouvoirs publics et les secteurs.

 

Analyse

Les données collectées constituent la base pour une analyse détaillée par exploitation et catégorie animale. Il est ainsi plus clair pour le vétérinaire et l'éleveur de savoir où se situe l'exploitation par rapport aux autres opérateurs. Par le système de benchmarking, des mesures de biosécurité supplémentaires doivent être prises si nécessaire dans les exploitations d'élevage.

Dans les prochaines années, l'AFMPS contrôlera le vétérinaire au niveau de l'enregistrement correct et du respect de l'utilisation conditionnelle d'antibiotiques critiques.

 

Informations supplémentaires

Pour plus d'informations, vous pouvez consulter la brochure ou le site web: https://www.fagg-afmps.be/fr/SANITEL-MED.  Vous y trouverez une liste des questions fréquemment posées et des manuels peuvent y être téléchargés. En cas de problèmes ou de questions, vous pouvez vous adresser au Service Desk : sanitelmed@afmps.be ou + 32 2 528 40 43.

 

*(arrêté royal du 31 janvier 2017 modifiant l'arrêté royal du 21 juillet 2016 relatif aux conditions d'utilisation des médicaments par les vétérinaires et par les responsables des animaux).

 

Dernière mise à jour le
27/02/2017