Flash VIG-news : sécurité des vaccins - le nombre d’effets indésirables notifiés suite à la vaccination d’un enfant ou d’adolescent reste faible

À l’occasion de la semaine européenne de la vaccination du 24 au 30 avril 2019, l’AFMPS refait le point sur les effets indésirables notifiés dans le cadre des vaccinations pédiatriques : le nombre de rapports d’effets indésirables reste faible en Belgique.

Les exigences en matière de sécurité des vaccins sont très élevées. Cependant, comme tous les médicaments, les vaccins peuvent provoquer des effets indésirables, quel que soit l’âge de la personne vaccinée. Le nombre de rapports d’effets indésirables notifiés en Belgique dans le cadre des vaccinations pédiatriques reste faible. La nature de ces effets indésirables est en accord avec le profil de sécurité déjà connu des vaccins.

Au cours des 10 dernières années, 989 rapports d’effets indésirables ont été notifiés en Belgique après la vaccination d’un enfant ou d’un adolescent. Un cas peut inclure plusieurs effets indésirables. . Ces rapports ont été notifiés soit directement à l’AFMPS, soit aux firmes pharmaceutiques, et centralisés dans la base de données européenne de pharmacovigilance, EudraVigilance. Tout évènement de santé observé après l’administration d’un vaccin peut être suspecté d’être un effet indésirable du vaccin même si le lien de causalité n’est pas démontré. Par exemple, certains événements notifiés peuvent être liés à l’anxiété à l’égard d’une injection (p.ex. syncope, hypotonie …). Dans d’autres cas, des événements de santé peuvent être dus à une pathologie sous-jacente ou à une exposition à un autre agent.

Environ 50 % des notifications d’effets indésirables après une vaccination décrivent des troubles généraux (malaise, température …) et des réactions au niveau du site d’injection. Les troubles gastro-intestinaux, les effets relatifs au système nerveux (pleurs, hypotonie …) et les affections cutanées figurent également parmi les effets fréquemment notifiés (19 % à 26 % des cas).

Des réactions plus sévères, telles que les convulsions avec ou sans fièvre ou le choc anaphylactique, sont plus rarement notifiées : 25 cas de convulsions et 15 cas de réaction ou de choc anaphylactique sur l’ensemble des effets indésirables notifiés.

Les erreurs de vaccination (p.ex. erreur de schéma, nombre incorrect de doses …) représentent également un nombre non négligeable de cas parmi les événements rapportés après une vaccination.

Ces chiffres confirment que la vaccination des enfants et des adolescents reste une intervention de santé publique sûre, dont les bénéfices dépassent très largement les faibles risques encourus.

Recommandations vaccinales en Belgique

En Belgique, seul le vaccin contre la polio est légalement obligatoire depuis 1967.

Le Conseil Supérieur de la Santé (CSS) recommande de vacciner les enfants et les adolescents contre 12 maladies :

  • diphtérie,
  • tétanos,
  • polio,
  • coqueluche,
  • infection provoquée par Haemophilus influenza type b,
  • hépatite B,
  • rougeole,
  • oreillons,
  • rubéole,
  • infection due aux méningocoques du sérogroupe C,
  • infection provoquée par des pneumocoques,
  • gastroentérites dues à des rotavirus,
  • infections provoquées par le papillomavirus humain.

Plus d’information sur la sécurité des vaccins

 

Dernière mise à jour le
30/04/2019