Disponibilité limitée d’immunoglobulines intraveineuses : recommandations à l’intention des pharmaciens d’hôpitaux et des médecins spécialistes

En raison d’une éventuelle disponibilité limitée d’immunoglobulines intraveineuses, il existe un risque de pénurie dans certains hôpitaux en Belgique. L’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) émet des recommandations aux pharmaciens hospitaliers et aux médecins spécialistes des hôpitaux.

Afin de trouver une solution à court terme pour d’éventuelles ruptures de stocks de médicaments essentiels, une Task Force d’experts peut être convoquée au sein du groupe de travail « Indisponibilités ».

En vue de gérer la situation des immunoglobulines intraveineuses aussi efficacement que possible, la Task Force a formulé les recommandations suivantes :

La Task Force recommande de passer aux immunoglobulines sous-cutanées si cela est cliniquement possible et en tenant compte de la situation individuelle du patient, conformément aux dispositions du §3410000. Pour rappel, les immunoglobulines sous-cutanées ne sont remboursées que pour les indications suivantes :

  • syndromes d’immunodéficience primaire (SIP),
  • leucémie lymphatique chronique (LLC) ou myélome multiple (MM),
  • avec hypogammaglobulinémie secondaire grave et infections cliniquement significatives mettant la vie en danger ou récurrentes,
  • malignité pertinente des lymphocytes B ou carence en lymphocytes B iatrogènes due à l’utilisation d’anticorps monoclonaux ou à une chimiothérapie avec hypogammaglobulinémie secondaire grave accompagnée d’infections cliniquement significatives mettant la vie en danger ou récurrentes.

La Task Force souligne l’importance de prescrire rationnellement les immunoglobulines intraveineuses, et ce uniquement dans les indications remboursables. Les indications remboursables sont limitées, ce qui rend difficile d’établir des priorités. Il est important de limiter autant que possible l’utilisation non conforme ou off-label (non remboursable), afin que le produit soit principalement disponible pour les indications pour lesquelles il est remboursé.

Pour rappel, les immunoglobulines intraveineuses sont remboursées pour les indications suivantes, et ce dans le cadre des dispositions des §6790100, §6790200, §6790300 et §6790400 :

  • syndromes d’immunodéficience primaire (SIP),
  • leucémie lymphatique chronique (LLC) ou myélome multiple (MM),
  • avec hypogammaglobulinémie secondaire grave et infections cliniquement significatives mettant la vie en danger ou récurrentes,
  • malignité pertinente des lymphocytes B ou carence en lymphocytes B iatrogènes due à l’utilisation d’anticorps monoclonaux ou à une chimiothérapie avec hypogammaglobulinémie secondaire grave accompagnée d’infections cliniquement significatives mettant la vie en danger ou récurrentes,
  • purpura thrombocytopénique idiopathique (PTI),
  • syndrome de Guillain-Barré,
  • maladie de Kawasaki,
  • infections invasives graves à streptocoques du groupe A avec syndrome de choc toxique à streptocoques,
  • polyneuropathie inflammatoire démyélinisante chronique (PIDC),
  • neuropathie motrice multifocale (NMM),
  • transplantation allogène ou autologue de cellules-souches avec hypogammaglobulinémie secondaire grave et infections cliniquement significatives mettant la vie en danger ou récurrentes.

La Task Force demande qu’il n’y ait pas de stockage inutile.

L’AFMPS suit la situation de près et continue à rechercher des solutions complémentaires, en collaboration avec l’INAMI, le SPF Santé publique et la Cellule stratégique de la ministre compétente.

Dernière mise à jour le
29/04/2019