Utilisation des antibiotiques en médecine vétérinaire : rapport BelVet-SAC 2016

Le 30 juin 2017, le huitième rapport BelVet-SAC (Belgian Veterinary Surveillance on Antibiotic Consumption) a été publié avec les résultats de la consommation d'antibiotiques en médecine vétérinaire.

Pour représenter la consommation par rapport au nombre d'animaux présents, la biomasse a été utilisée comme dénominateur. Il s'agit de la somme des kilogrammes de viande de bovins, porcs, volaille et petits ruminants produite en Belgique en 2016, complétée par le nombre de vaches laitières présentes.

Les résultats de BelVet-SAC pour 2016 sont encourageants.

  • En 2016, on a observé une diminution de la consommation de 4,8 % (en mg/kg de biomasse) par rapport à 2015.
    En chiffres absolus, cela représente une diminution de la consommation d'antibiotiques de 6,9 %, à savoir de 1,5 % pour les produits pharmaceutiques et de 29 % pour les prémélanges antibactériens. En même temps, la biomasse a baissé de 2,1 % en 2016 par rapport à 2015.
  • Notons une baisse très significative (53,1 %) de la consommation d'antibiotiques d'importance critique pour la médecine humaine, tels que les céphalosporines de 3e et 4e générations et les fluoroquinolones. Selon toute probabilité, cela est dû à l'introduction de la nouvelle législation, à savoir l'arrêté royal du 21 juillet 2016 relatif aux conditions d'utilisation des médicaments par les médecins vétérinaires et par les responsables des animaux, qui impose depuis le 8 août 2016 des conditions strictes pour l'utilisation de ces antibiotiques chez les animaux producteurs de denrées alimentaires.
  • Pour la plupart des classes d'antibactériens, on constate une diminution de la consommation.
    Celle-ci est très marquée pour les quinolones (-57,5 %) mais également significative pour les tétracyclines (-15,2 %), les macrolides (-11,4 %) et les polymyxines (-9,9 %). Pour cette dernière classe d'antibiotiques, c'est déjà la 4e année consécutive que l'on observe une diminution significative. Cette diminution est peut-être due à la poursuite de l'utilisation d'oxyde de zinc (ZnO) chez les porcelets comme alternative aux polymyxines (colistine) dans le traitement de la diarrhée de sevrage. Par rapport à 2012 (avant l'approbation du ZnO), la consommation de polymyxines a déjà diminué de 54,5 %. La colistine a récemment été reclassée par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans les antibiotiques d’importance critique à priorité la plus élevée.
  • Plusieurs données relatives à la consommation d'antibiotiques chez les animaux de compagnie ont également été reprises pour la première fois dans le rapport 2016 de BelVetSac (principalement grâce au chiffre d'affaires des comprimés). En 2016, les pénicillines et les céphalosporines représentaient environ 65 % du chiffre d'affaires total chez les chats et les chiens, tandis que les molécules d'importance critique représentaient 3,5 % du chiffre d'affaires total.

Depuis 2011 (année de référence pour les objectifs AMCRA 2020), on observe une diminution cumulative globale de la consommation d'antibiotiques de 20 % (15,27 % pour les produits pharmaceutiques antibactériens et 38,2 % pour les prémélanges antibactériens).

Bien qu'il s'agit d'un résultat prometteur, celui-ci est encore 30 % au-dessus de l'objectif AMCRA 2020, à savoir une diminution globale de 50 %. La diminution cumulative de la consommation de prémélanges antibactériens depuis 2011 est actuellement de 38,2 %. D'ici fin 2017, on vise une diminution de 50 %. En tout état de cause, cela signifie que, dans les prochaines années (2017-2020), d'autres efforts importants seront nécessaires.

Plus d'information :

Rapports BelVet-SAC

Dernière mise à jour le
11/07/2017