Utilisation d'antibiotiques chez les animaux : nouvel avis de l'EMA et de l'EFSA

L'Agence européenne des médicaments (EMA) et l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) ont émis un avis commun concernant la réduction de la consommation d'antibiotiques chez les animaux.

En 2015, la Commission européenne a demandé à l’EMA et l’EFSA un avis scientifique sur la manière dont la consommation d'antibiotiques chez les animaux pouvait être réduite, et quel impact cette consommation avait sur la sécurité alimentaire. Les deux agences ont maintenant publié leurs conclusions. Il en ressort qu'une solution « one fits all », où la même mesure fonctionne dans toutes les situations, n'est pas possible.

D'après l'avis, les stakeholders doivent se sentir étroitement impliqués dans la production de viande locale lors de l'élaboration de mesures spécifiques. L'avis part du « Principe des 3 R » : « Reduce, Replace and Re-think ». S'ensuivent ces actions :

  • établissement d'objectifs clairs relatifs à la réduction de l'utilisation d'antibiotiques ;
  • utilisation de traitements alternatifs tels que vaccinations, administration de pré- ou probiotiques et/ou d'acides organiques ;
  • limitation de l'utilisation de produits « critiques » (= substances qui sont très importantes en médecine humaine) ;
  • évaluation des mesures de biosécurité pour prévenir ou réduire au maximum la propagation et la diffusion de maladies.

En Belgique, plusieurs de ces concepts sont déjà en vigueur. En 2016 , la Ministre De Block a signé, avec les secteurs concernés, la Convention pour la diminution de l’usage des antibiotiques en élevage, qui reconfirme les objectifs en matière de réduction. L'utilisation d'antibiotiques chez les animaux doit ainsi être réduite de moitié d'ici 2020 par rapport à 2011.

La législation a également été adaptée pour utiliser les produits critiques, tels que les fluoroquinolones et les céphalosporines de troisième et quatrième génération, uniquement de manière conditionnelle chez les animaux producteurs de denrées alimentaires.

À partir de 2017, vétérinaire et éleveur, en tant que principaux stakeholders, devront individuellement renseigner l’usage qu’ils font des antibiotiques, via SANITEL-MED (application en ligne dans laquelle sont consignés tous les antibiotiques à usage vétérinaire prescrits, fournis et administrés). Si besoin, des mesures de biosécurité supplémentaires ou des thérapies alternatives devront être instaurées à l'exploitation d'élevage afin de réduire une utilisation trop importante par rapport à des exploitations semblables.

Informations supplémentaires :

EMA/EFSA-rapport

Samenvatting rapport

Persbericht EMA

SANITEL-MED

Dernière mise à jour le
13/02/2017