Rendez les médicaments plus sûrs en notifiant les effets indésirables chez les enfants ou pendant la grossesse ou l'allaitement. L'AFMPS participe à nouveau à la campagne internationale de sensibilisation sur la notification d'effets indésirables

La campagne se déroulera du 19 au 23 novembre et fait partie d'une semaine de sensibilisation par 32 autorités en matière de médicaments de l'UE, l’Amérique du Sud, le Moyen-Orient et l'Australie.

Les autorités en matière de médicaments se focalisent cette fois sur l'augmentation des notifications d'effets indésirables chez les enfants, pendant la grossesse ou pendant l'allaitement.

En 2017, les notifications d'effets indésirables survenus chez les enfants en dessous de 11 ans, ne constituaient que 4 % de toutes les notifications en Belgique.

Les médicaments présents sur le marché belge sont de bonne qualité, sûrs et efficaces. Certains patients peuvent toutefois rencontrer des effets indésirables. Les effets indésirables connus sont repris dans la notice. Certains effets indésirables ne sont découverts qu'une fois le médicament déjà mis sur le marché. Il est important que les risques soient communiqués par les professionnels de la santé et compris par tous les patients, y compris les parents, les prestataires de soins, les femmes qui souhaitent avoir un enfant ou les femmes qui allaitent.

Les effets indésirables peuvent aller de maux de tête ou de ventre à des symptômes grippaux ou tout simplement le fait de ne pas se sentir bien. Toutes les autorités européennes en matière de médicaments constatent toutefois un sous-rapportage des effets indésirables. Un plus grand nombre de notifications d'effets indésirables présumés permet de découvrir plus rapidement un problème et d'intervenir plus rapidement. C'est pourquoi cette campagne vise à inciter tout le monde à notifier les effets indésirables.

Cette année, la Journée mondiale de l'enfance des Nations Unies tombe pendant la semaine de sensibilisation. Les deux campagnes entendent accroître la collaboration internationale et le bien-être des enfants.

Les animations de la campagne ont été faites par l'Uppsala Monitoring Centre et la World Health Organisation Collaborating Centre for International Drug Monitoring. La campagne est également soutenue par de nombreuses organisations telles que l'EMA (European Medicines Agency), la Commission européenne et des organisations de patients telles qu'EURORDIS.

Vous trouverez plus d'informations sur l'utilisation de médicaments en cas de désir d'enfant, de grossesse ou d'allaitement sur www.medicamentsetgrossesse.be.

 

 

Dernière mise à jour le
19/11/2018