PRAC novembre 2019 : recommandations pour les médicaments Lemtrada et Xeljanz

Durant la réunion du 28 - 31 octobre 2019, le Comité pour l’évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (Pharmacovigilance Risk Assessment Committee - PRAC) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) a mis en œuvre des mesures visant à réduire au maximum le risque d’effets indésirables graves avec Lemtrada. De plus, le PRAC recommande que Xeljanz soit utilisé avec précaution pour tous les patients présentant un risque élevé de caillots sanguins.

Lemtrada pour la sclérose en plaques : mesures visant à réduire au maximum les effets indésirables graves
Le PRAC recommande des restrictions concernant l’utilisation de Lemtrada (alemtuzumab) chez les patients atteints de sclérose en plaques rémittente-récurrente. Les recommandations sont le résultats du réexamen de rapports effectué par le PRAC concernant des effets rares mais graves, y compris des décès, dus à des affections à médiation immunitaire (causées par le mauvais fonctionnement du système de défense de l'organisme) et des troubles cardiaques, circulatoires et hémorragiques graves, dont des accidents vasculaires cérébraux. Des affections à médiation immunitaire peuvent survenir plusieurs mois après le traitement, tandis que des troubles cardiaques, circulatoires et hémorragiques graves peuvent survenir dans les jours suivant l'administration de Lemtrada.

Le PRAC recommande de restreindre l’utilisation de Lemtrada chez les adultes atteints de sclérose en plaques récurrente-rémittente hautement active malgré un traitement adéquat avec au moins une thérapie modificatrice de la maladie ou si la maladie s’aggrave rapidement avec au moins deux rechutes invalidantes en un an et l’imagerie cérébrale montrant de nouveaux dommages. Lemtrada ne doit plus être utilisé chez les patients présentant certains troubles cardiaques, circulatoires ou hémorragiques ou chez les patients présentant des maladies auto-immunes autres que la sclérose en plaques.

De nouvelles mesures sont recommandées pour identifier et traiter rapidement des effets indésirables qui pourraient survenir après un traitement à base de Lemtrada. Le médicament doit être administré dans un hôpital ayant un accès facile à des services de soins intensifs et à des spécialistes capables de prendre en charge des effets indésirables graves.

Le PRAC recommande également la mise à jour du guide du médecin et du dossier d’information du patient avec des conseils pour réduire au maximum le risque de troubles cardiaques, circulatoires et hémorragiques graves pouvant survenir peu de temps après la perfusion (goutte à goutte), ainsi que de maladies auto-immunes pouvant survenir plusieurs mois après le dernier traitement à base de Lemtrada.

Les nouvelles recommandations remplacent les mesures temporaires publiées en avril 2019 tandis que le réexamen par le PRAC était en cours.

Les recommandations du PRAC vont maintenant être envoyées au Comité pour les médicaments à usage humain de l’EMA (Committee for Medicinal Products for Human Use - CHMP), qui adoptera l’avis final de l’EMA.

Le médicament Lemtrada est commercialisé en Belgique.

Des informations supplémentaires sont disponibles sur le site web de l’EMA.

 

Précaution d’utilisation de Xeljanz pour les patients présentant un risque élevé de caillots sanguins
Un réexamen effectué par le PRAC a conclu que le Xeljanz (tofacitinib) pouvait augmenter le risque de caillots sanguins dans les poumons et les veines profondes chez les patients qui présentent déjà un risque élevé.

Dès lors, le PRAC recommande que Xeljanz soit utilisé avec prudence chez les patients présentant un risque élevé de caillots sanguins. De plus, les doses de maintenance de 10 mg deux fois par jour ne doivent pas être utilisées chez les patients atteints de rectocolite hémorragique qui présentent un risque élevé sauf s’il n’y a pas d’autre traitement adéquat. Le PRAC recommande aussi que les patients âgés de plus de 65 ans soient traités avec Xeljanz uniquement quand il n’existe pas d’autre traitement.

Les patients présentant un risque élevé de caillots sanguins comprennent ceux qui ont eu une crise cardiaque ou qui sont atteints d’insuffisance cardiaque, d’un cancer, de troubles héréditaires de la coagulation sanguine, ainsi que les patients qui prennent des contraceptifs hormonaux combinés, suivent un traitement hormonal substitutif ou subissent une intervention chirurgicale majeure ou qui sont immobilisés. Les médecins doivent également tenir compte d’autres facteurs pouvant accroître le risque de caillots, parmi lesquels l’âge, l’obésité, le diabète, l’hypertension ou le tabagisme.

Ces recommandations suivent le réexamen par le PRAC d’une étude en cours (étude A3921133) chez les patients ayant une polyarthrite rhumatoïde et un risque accru de maladie cardiovasculaire. Cette étude a montré un risque accru de caillots sanguins dans les veines profondes et dans les poumons avec les doses de Xeljanz de 5 mg et de 10 mg deux fois par jour, comparativement aux patients prenant des inhibiteurs du TNF. Le PRAC a également réévalué des données supplémentaires provenant d’études antérieures. Toutes les données combinées ont montré que le risque de caillots sanguins était plus élevé chez les patients prenant du Xeljanz, en particulier avec la dose de 10 mg deux fois par jour et chez ceux traités pour une période prolongée. Les résultats ont également montré un risque encore accru d’infections graves et fatales chez les patients âgés de plus de 65 ans.

Le résumé des caractéristiques du produit (RCP) et la notice pour le patient de Xeljanz vont maintenant être mis à jour avec de nouvelles mises en garde et recommandations s’appuyant sur des données de l’étude et listeront les caillots sanguins comme un effet indésirable inhabituel survenant chez entre 1 patient sur 1000 et 1 patient sur 100.

Le PRAC recommande également la mise à jour du guide du médecin et de la carte d’alerte du patient avec des conseils visant à réduire au maximum le risque de caillots sanguins. Les patients qui ont des questions concernant leur traitement ou leur risque de caillots sanguins doivent contacter leur médecin.

Les nouvelles recommandations remplacent les mesures mises en place au début du réexamen en mai 2019 lorsque le PRAC a recommandé que les médecins cessent de prescrire la dose de Xeljanz 10 mg deux fois par jour pour les patients présentant un risque élevé de caillots sanguins dans les poumons en attendant le réexamen des données de l’étude A3921133. Les recommandations du PRAC vont maintenant être envoyées au Comité pour les médicaments à usage humain de l’EMA (Committee for Medicinal Products for Human Use - CHMP) , qui adoptera l’avis final de l’EMA.

Le médicament Xeljanz est commercialisé en Belgique.

Des informations supplémentaires sont disponibles sur le site web de l’EMA.

Dernière mise à jour le
17/12/2019