Nouvelle tendance à la baisse de la consommation d’antibiotiques dans l’élevage en Belgique

Le nouveau rapport BelVet-SAC qui contient un aperçu de l’utilisation d’antibiotiques en médecine vétérinaire est disponible. Les résultats de 2019 confirment les tendances des années précédentes avec une consommation en baisse de 7,8 % de mg de substance active/kg de biomasse par rapport à l’année passée. Par rapport à l’année de référence 2011, l’utilisation d’antibiotiques en médecine vétérinaire a diminué de 40,3 %.

Pour lutter contre la résistance aux antibiotiques, il est très important de suivre la consommation d’antibiotiques chez les animaux. C’est pourquoi l’UGent et l'unité scientifique de l'asbl AMCRA analysent chaque année, en étroite collaboration avec l’AFMPS et à la demande de celle-ci, les données relatives à la vente et à l’utilisation d’antibiotiques en médecine vétérinaire. Les résultats de 2019 sont maintenant disponibles dans le onzième rapport BelVet-SAC.

Chiffres pour 2019
En 2019, la consommation d’antibiotiques a diminué de 7,8 % de mg de substance active/kg de biomasse par rapport à 2018. Depuis 2011, la consommation totale a diminué de 40,3 %, avec une baisse de la consommation de prémélanges (baisse de 71,1 %) et de produits pharmaceutiques (baisse de 33,0 %).

Exprimée en quantités absolues de substance active, la consommation a diminué de 10,5 % par rapport à 2018. Il s’agit ici de -10,7 % pour les produits pharmaceutiques et de -8 % pour les prémélanges. D’autre part, il y a eu une baisse de 3,13 % de la biomasse animale totale en 2019 par rapport à 2018, la diminution de la consommation exprimée par rapport à la biomasse étant un peu moins importante que la baisse exprimée en quantités absolues.

Pour la quatrième année consécutive, l’utilisation des prémélanges antibactériens a connu une diminution substantielle. La diminution totale de l’utilisation des prémélanges antibactériens est donc de 71,1 % depuis 2011. Le premier objectif stratégique consistant à utiliser moitié moins de prémélanges est donc largement atteint et le secteur parvient à réduire davantage la consommation. 

Il y aussi de moins bonnes nouvelles. L’utilisation de produits « rouges », substances critiques d’une grande importance pour la médecine humaine, a connu une augmentation de 8 % en 2019 par rapport à 2018. En 2018, on avait déjà constaté une légère augmentation de ces produits, après une forte baisse de leur consommation en 2017 et 2016.
Globalement, depuis 2011, la réduction de la consommation de produits critiques s’élève tout de même à 77,3 %. L’objectif d’une réduction de 75 % de la consommation d’ici 2020 est donc maintenu.

L'augmentation continue de l'utilisation des produits de tarissement dans l'élevage laitier depuis 2015 est quant à elle préoccupante. L’utilisation de produits intramammaires pour le traitement des mammites a également augmenté au cours des trois dernières années. La quantité d’antibiotiques utilisés chez les chiens et les chats a augmenté de 13 % en 2019. Par rapport à 2014, il s’agit même d’une hausse de 24,3 %. Ces résultats montrent clairement que le secteur du bétail laitier comme celui des animaux de compagnie doivent prendre de toute urgence des mesures afin de réduire la consommation d’antibiotiques.

La réduction de moitié de la consommation d’antibiotiques dans l’élevage est encore possible
Pour le moment, deux des trois objectifs AMCRA ont été atteints: la diminution par deux de l’utilisation de prémélanges et une baisse de 75 % de la consommation d’antibiotiques critiques. Les résultats de 2019, où une diminution totale de 40,3 % de la consommation d’antibiotiques par rapport à l’année de référence 2011 a été atteinte, sont encourageants. Mais pour réaliser l’objectif d’atteindre une diminution totale de 50 % d’ici fin 2020, tous les secteurs concernés devront fournir d’importants efforts. Les secteurs des porcs et des veaux d’engraissement sont encouragés à poursuivre sur leur lancée, tandis que les secteurs des poulets de chair, des vaches laitières et des animaux de compagnie sont appelés à fournir des efforts supplémentaires afin de réaliser les réductions nécessaires.

Informations supplémentaires
Rapport BelVet-SAC 2019
Rapports BelVet-SAC précédents

 

Dernière mise à jour le
22/06/2020