Produits pour blanchir la peau : attention !

L’Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé (AFMPS) souhaite attirer votre attention sur le risque potentiel des produits pour blanchir la peau. Ceci suite à des actions de contrôle qu’elle a effectuées dans les magasins de produits africains de plusieurs villes en Belgique.

Les inspecteurs de l’AFMPS y constatent régulièrement la présence des produits pour blanchir la peau qui sont en fait des médicaments, principalement sous forme de pommade, comme (liste non-exhaustive) :

  • Betasol
  • Clotek Skin
  • Dermo-Gel Plus
  • Dermovate
  • Diproson
  • Epiderm
  • Extra Clair
  • Extra Clear
  • Fashion fair
  • Hydrogel
  • Lemovate
  • Movate cream
  • Neu Clear
  • Neutrotone
  • Tenovate M.C.A.
  • Top-Gel
  • Visible difference.

Tous ces médicaments contiennent des corticostéroïdes, c’est-à-dire des substances hormonales puissantes. Ces produits sont largement utilisés parmi les communautés africaine et afro-américaine pour blanchir la peau.

Les personnes qui utilisent ces produits ignorent souvent que leur vente et leur utilisation posent de graves problèmes :

En matière de santé publique d’abord :

1. L’utilisation de ces produits ne peut se faire que sous le contrôle d’un médecin parce qu’ils peuvent provoquer des effets indésirables parfois graves :

-Vergetures, amincissement de la peau, ralentissement de la cicatrisation ;
-
Infections ;
-
Réactions allergiques : respiration sifflante, oppression de la poitrine, gonflement des paupières, du visage ou des lèvres ;
- Augmentation de la pilosité, sensibilité à la lumière ou apparition de cicatrices ;

L’utilisation prolongée de petites quantités ou l’utilisation sur de grandes surfaces peuvent faire apparaître des signes d’insuffisance surrénalienne (c’est-à-dire une diminution de la production d’hormones par les glandes surrénaliennes) comme une prise de poids ou le gonflement du visage.

2.  La  qualité de ces produits étant tout à fait incertaine, les risques pour la santé sont encore plus grands.

 

En matière légale (Loi du 25.03.1964, Loi. du 24.02.1921 et A.R. du 29.01.2009) :

- Les substances hormonales que contiennent ces produits sont des médicaments ; ils ne peuvent être vendus qu’en pharmacie et ne peuvent être délivrés de manière générale que sur base d’une prescription médicale.

- Aucun de ces produits vendus dans les magasins dits « africains » n’est autorisé en Belgique. Le vendeur de tels produits peut être poursuivi en justice pour importation illégale de médicaments, vente de médicaments non autorisés, détention illégale de produits hormonaux et exercice illégal de l’art pharmaceutique. Les sanctions sont lourdes et vont d’amendes élevées à l’emprisonnement.

 

Etant donné le risque pour la santé publique, notre Agence poursuit ses contrôles, ceci en collaboration avec la police et les autres services d’inspection concernés.

Par cette information, nous espérons toucher un public suffisamment large et éveiller une réelle prise de conscience des dangers encourus par l’utilisation de ces produits en dehors du circuit légal de la pharmacie.

Contact :

Bénédicte Simon
benedicte.simon@afmps.be


Dernière mise à jour le 28/01/2013