Flash VIG-news : HYDROCHLOROTHIAZIDE : risque de cancer de la peau et des lèvres non mélanome

Les patients traités par hydrochlorothiazide sont invités à vérifier régulièrement leur peau et à signaler toute lésion cutanée suspecte. Se protéger des rayonnements solaires et UV est particulièrement importante pour ces patients.

Suite à la publication récente de deux études pharmacoépidémiologiques danoises[1],[2], un signal de cancer cutané associé à l’hydrochlorothiazide a été tiré au niveau européen. Le Comité pour l’évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (PRAC ou Pharmacovigilance Risk Assessment Committee) de l’Agence européenne des médicaments (EMA ou European Medicines Agency) a évalué les données disponibles dans la littérature scientifique, dans la banque de données de pharmacovigilance EudraVigilance, ainsi que les clarifications demandées aux auteurs des deux publications récentes.

Selon le PRAC, les actions photosensibilisantes de l’hydrochlorothiazide pourraient constituer un mécanisme possible du cancer cutané non mélanome. Le PRAC estime qu’il y a un modèle mécanistique biologiquement plausible pouvant expliquer le risque accru de cancer de la peau non mélanome [carcinome basocellulaire (CB) et carcinome épidermoïde (CE)] observé avec une augmentation de la dose cumulative.

Les notices et les résumés des caractéristiques du produit (RCP) des médicaments contenant de l’hydrochlorothiazide doivent être mis à jour afin de mentionner ce risque et l’importance d’en informer les patients.

Des mesures préventives doivent être conseillées aux patients. Les lésions cutanées suspectes doivent être examinées rapidement, y compris éventuellement par un examen histologique des biopsies.

L'utilisation d’hydrochlorothiazide peut également devoir être reconsidérée chez les patients ayant déjà présenté un cancer de la peau non mélanome.

Les patients sous hydrochlorothiazide ne doivent pas arrêter leur traitement sans avis médical.

Une communication directe aux professionnels de la santé (DHPC ou Direct Healtcare Professional Communication) a été envoyée afin d’informer plus en détails sur ce risque.

En Belgique, l’hydrochlorothiazide, un diurétique thiazide, est commercialisé dans de nombreux médicaments, seul ou en association, pour le traitement de l’hypertension, de l’insuffisance cardiaque congestive et de l’œdème symptomatique.

 

 


[1]   Pottegård A, Hallas J, Olesen M, Svendsen MT, Habel LA, Friedman GD, Friis S (University of Southern Denmark; Odense University Hospital, Odense; Kaiser Permanente Northern California, Oakland, CA, USA; Danish Cancer Society, Copenhagen, Denmark). Hydrochlorothiazide use is strongly associated with risk of lip cancer. J Intern Med 2017; 282: 322–331.

[2]    Sidsel Arnspang Pedersen, David Gaist, Sigrun Alba Johannesdottir Schmidt, Lisbet Rosenkrantz Hölmich, Søren Friis, Anton Pottegård. Hydrochlorothiazide use and risk of nonmelanoma skin cancer: A nationwide case-control study from Denmark, Journal of the American Academy of Dermatology, 2017, ISSN 0190-9622, https://doi.org/10.1016/j.jaad.2017.11.042

Dernière mise à jour le
29/10/2018