Flash VIG-news : attention au soleil en prenant certains médicaments

Date: 21/06/2024

Certains médicaments peuvent provoquer des réactions cutanées (graves) en cas d’exposition aux UV (émis par le soleil ou des sources de lumière artificielle). L’AFMPS attire l’attention sur les différentes formes d’hypersensibilité, sur les médicaments couramment utilisés qui présentent un risque accru, sur les notifications reçues par l’AFMPS ainsi que sur différentes précautions à prendre.

Hypersensibilité à la lumière UV ou photosensibilité
Certains médicaments augmentent la sensibilité de la peau aux UV (émis par le soleil ou une source de lumière artificielle comme les bancs solaires ou les lampes halogènes de forte puissance). Ces médicaments sont dits « photosensibilisants ». Ils peuvent provoquer des photodermatoses. Il s’agit de maladies de la peau causées ou aggravées par les UV.
La photosensibilisation peut être induite par deux mécanismes : soit les réactions phototoxiques, soit les réactions photo-allergiques. Certains médicaments peuvent déclencher à la fois des réactions phototoxiques et des réactions photo-allergiques.

Réaction phototoxique ou non allergique

  • Il s’agit du type le plus fréquent. Elle se présente sous l’apparence d’un gros coup de soleil, avec ou sans formation de vésicules.
  • Cette réaction apparaît rapidement après l’exposition et se limite en général aux zones de la peau qui ont été exposées.
  • Il s’agit d’une réaction exacerbée de la peau due à une interaction entre l’agent photosensibilisant et la lumière, qui provoque des lésions directes.
  • La réaction est dépendante de la dose. Moyennant une protection suffisante contre le soleil ou les rayons UV, le traitement peut être repris.
  • À l’arrêt du traitement, les lésions cutanées ne réapparaîtront pas en cas de nouvelle exposition au soleil ou aux rayons UV.

Réaction photo-allergique :

  • Moins fréquent, ce type de réaction apparaît plus lentement, après la prise répétée ou prolongée des médicaments. Il est donc plus difficile de faire le lien entre cette réaction et le produit.
  • Elle peut apparaître plusieurs jours (ou plusieurs semaines) après l’exposition et s’étendre à des zones de la peau qui n’ont pas été exposées.
  • Il s’agit d’une réaction immunitaire qui ne se manifeste que si la peau est exposée à la lumière.
  • Parmi les réactions cutanées possibles, on peut citer les éruptions cutanées de type eczéma ou les éruptions cutanées accompagnées de cloques.
  • Dans de rares cas, la lumière du soleil suffit à elle seule à provoquer des récidives, même si l’on ne prend plus le médicament.

Quels sont les médicaments concernés ? 
La liste des médicaments qui ne font pas bon ménage avec le soleil est longue. Vous trouverez ci-dessous quelques exemples de médicaments courants. L’hypersensibilité aux rayons UV peut apparaître aussi bien après une administration systémique qu’après une application locale du médicament.

  • Les antibiotiques (comme les tétracyclines - la doxycycline davantage que la minocycline et les quinolones).
  • Les antidiabétiques (comme les sulfamides hypoglycémiants).
  • Les antimycotiques (comme l’itraconazole, le voriconazole et, depuis peu, le posaconazole).
  • Les psychotropes (comme la phénotiazine, la carbamazépine, la fluoxétine et le millepertuis).
  • Les AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens, systémiques (probablement surtout le piroxicam) et locaux (probablement surtout le kétoprofène en gel)).
  • Les immunomodulateurs (comme le tacrolimus et le pimécrolimus).
  • Les médicaments pour les maladies cardiovasculaires (comme l’amiodarone, les fibrates, les diurétiques thiazidiques et les diurétiques de l’anse).
  • Les médicaments pour les maladies ostéo-articulaires (comme le méthotrextrate).
  • Les médicaments contre l’acné (comme les rétinoïdes).

La notice et le résumé des caractéristiques du produit (RCP) du médicament indiquent toujours clairement quand celui-ci peut causer de telles réactions cutanées.

Précautions à prendre

  • Éviter de s’exposer directement au soleil entre 12 h et 16 h, c’est-à-dire au moment où les rayons du soleil sont les plus forts. Garder à l’esprit que la réverbération des rayons du soleil est plus forte sur l’eau, la neige et le sable.
  • Mettre une crème solaire à haut facteur de protection. Mais cela ne suffira pas toujours à éviter la photosensibilité. 
  • Porter des vêtements protecteurs à longues manches (par exemple, un t-shirt à longues manches et un pantalon long), des lunettes de soleil et, éventuellement, un chapeau à bord large.
  • Si possible, envisager des médicaments alternatifs.
  • Il faut éviter de prendre plusieurs médicaments photosensibilisants en même temps car leur association augmente le risque de photodermatose. 
  • Il est recommandé aux médecins et aux pharmaciens d’avertir leurs patients du risque lié à l’exposition au soleil et aux lumières artificielles de forte intensité, comme les bancs solaires, les halogènes de forte puissance, les lampes puissantes des salles d’opération et des cabinets de dentisterie.
  • En cas d’apparition de symptômes de photodermatose, il est recommandé d’arrêter immédiatement de prendre le médicament suspect, en accord avec le médecin prescripteur.

Notifications à l’AFMPS
Les médicaments qui, au cours des 10 dernières années, ont fait l’objet de plus d’une notification de réaction photo-allergique ou phototoxique sont les suivants : AINS (kétoprofène ; n = 18), vaccins anti-COVID-19 (n = 24), tétracyclines (doxycycline ; n = 5), antitumoraux (brigatinib, alectinib ; n = 5), médicaments pour les maladies cardiovasculaires (périndopril, amiodarone ; n = 4), immunomodulateurs (dupilumab, védolizumab ; n = 4), médicaments pour la fibrose pulmonaire (pirfénidone ; n = 3), antihistaminiques (desloratadine ; n = 2) et quinolones (lévofloxacine ; n = 2).

À l’exception des vaccins anti-COVID-19, et pour le védolizumab et le dupimulab, ces propriétés photosensibilisantes des médicaments en question sont bien connues. 

Les notifications précitées sont liées à des effets indésirables présumés. C’est-à-dire à des événements médicaux observés suite à l’utilisation des médicaments, mais qui ne sont pas nécessairement liés ou causés par les médicaments.

Notification d'effets indésirables
Les patients et les professionnels de la santé sont encouragés à signaler les effets indésirables suspectés sur www.notifieruneffetindesirable.be.

Dernière mise à jour le 21/06/2024